Comme beaucoup ici, parce qu'on est un forum de vieux qu'a dit quelqu'un, j'ai passé presque toute ma vie navigante sans GPS. Et si on était heureux avec nos compas de relèvement et notre règle Cras, c'est parce qu'on était au top avec ça. Maintenant j'apprécie à sa juste valeur le bonheur de la navigation électronique. Et ça ne me rend pas malheureux de l'utiliser. Et, si une belle navigation à l'estime est bien agréable, surtout quand on est arrivé sans anicroche, j'ai aussi connu des angoisses que j'aurais bien évitées. Un jour je suis parti de Saint-Cast vers Saint-Malo, un matin, belle mer, pas de vent. Tout à coup le brouillard est tombé, on n'y voyait pas à 20 mètres devant le bateau. Il a fallu calculer la route à l’estime, en tenant compte du courant, qui lui s'en fout du brouillard, et je n'étais pas fier. Alors, la joie que j'ai eue en arrivant pile poil sur le paquet de balises au sud du Grand Jardin, je ne l'aurais pas connue avec le GPS, c'est vrai, mais l'angoisse d'avant non plus.

 De la même façon il y a quatre ans, avec Gwendi, nous allions à L’Aber Wrac’h venant de Brest, avec à l’arrivée sur l’aber, un beau brouillard au couteau, et pour arriver au port, un labyrinthe de rochers. Avec son ordi et son application, on est rentré là dedans les doigts dans le nez, ce qui n’est pas très élégant j’en conviens, mais avec une tranquillité, une placidité et une désinvolture reposantes.

 
Et, dans vingt ans, il y en a qui diront : Oui, maintenant avec vos appareils modernes vous n'avez plus aucun plaisir, nous de notre temps, avec les GPS on savait encore ce que c'est que de tracer une route..