Bientôt de La Pérousse le souffle imprécatoire
Reviendra dans nos cœurs semer trouble et effroi
Hurlant l’apocalypse sur son vieux palefroi
Débitant à l’envi ses textes vexatoires.
 
Aussitôt nous verrons surgir de ses murailles
Le Malosaint aidé par tous ses vieux gaffeurs
Son armure rouillée offrant un bras vengeur
A sa maigre carcasse de pirate canaille.
 
Du haut de son échelle et jusqu’aux os trempé
Etoile de mer deux, petites jambes, grand short,
De cris abominables saluera la cohorte
De tous les suppliciés que l’on aura trompé.
 
 Et pour ceux-ci, Rascale, mains tendues vers le ciel
Suppliera en vain que cesse la torture
De tous ces malheureux que l’on jette en pâture
A la soif de pouvoir de ce tyran cruel.
 
Et Karlene fatiguée d’une tant dure lutte
Voudrait bien saluer une paix rassurante
Dispersant sur la terre une joie rayonnante
Qui ferait s’éloigner ces cris de bouc en rut.
 
Les C-nous qui s’en vont repousser la racaille
Qui agresse lâchement la Bretagne souveraine
Sept derrière le Roi et six derrière la Reine
Sont ainsi disposés en ordre de bataille
 
Et bien sûr Olvita mettra son grain  de sel
Sur toute  plaie sanglante, purulente et profonde
Que feront nos armées, mobiles et vagabondes
Sur ces sombres suppôts du mal universel.
 
Fidèle à sa promesse notre amie Clair delune
Aux côtés de Kero contre les forces obscures
Et forte de l’élan que la justice procure
Sèmera la parole du haut de sa tribune.
 
Maadje en enfant chéri de la neutralité
Le cœur serré verra l’effroyable furie
La haine, l’insolence, toute la barbarie
De ceux qui veulent ainsi briser l’humanité.
 
Et Biquette et Poulette, dans ce fracas immense,  
Tiendront sur leur sein doux leurs enfants apeurés,
Rassurant les petits avec le pain beurré
Au beurre breton salé, qui soigne les souffrances.  
 
Bizz-bizz et Noir-Désir, ou encore Don Quichotte,
Tous marins valeureux, tous régatiers solides,
A toutes les allures fonçant comme des bolides,
Sont cette fois soucieux, car ils ont les chocottes


Même Viridovix, qui est chef des Unelles,
Ennemi déclaré du fameux Aldabra,
Celui qui fait les courses  gagnant à tour de bras,
Est prêt à enterrer cette ancienne querelle.
 
L’Imprévu et Noa, Cloclo du Puy de Dôme,  
Essayant d’éviter à l’heure de l’apéro
Coups et balles perdues, dégâts collatéraux,
Emmèneront alors, triple ration de rhum.
 
Et Sein, de la Bretagne, nouvelle capitale,  
Nous offre avec Nerroth, autre de ses enfants
Pour combattre le mal un deuxième Sénan
Et qui n’est  pas de trop, pour une victoire totale.
 
Et bien sûr, au cœur même du combat titanesque
Et dans l’œil du cyclone, superbe bigorneau,
Kero le magnifique, le plus beau des héros,
Combattra jusqu’au bout la horde barbaresque.
 
Voila brossé pour toi, adorable lecteur
Le tableau homérique du plus grand des combats
Qu’il est donné de voir, en ces temps, ici-bas
Entre le grand Kero et Laper l’égorgeur